• An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
Calendrier
Le mois dernier Novembre 2018 Le mois prochain
L Ma Me J V S D
week 44 1 2 3 4
week 45 5 6 7 8 9 10 11
week 46 12 13 14 15 16 17 18
week 47 19 20 21 22 23 24 25
week 48 26 27 28 29 30
Actualités du mois
Aucun événement
Le mot de la troupe !

"A l’opposé d’une certaine forme d’intellectualisme théâtral, tout est bon, à nos yeux, du moment que le public rit à gorge déployée.

Ne cherchez pas de message caché, nous faisons feu de tout bois pour que vous passiez un bon moment."

Les Galapians

Ils sont connus...

...dans leur village !

D'après une idée originale de Marie Vignal

Scénario : Marie Vignal, Floréal Parra et les autres …

Résumé :

Dans le début des années soixante (les sixties pour les jeunes), Pierrot et Marinette s’aiment. Quoi de plus naturel nous direz-vous ?

Ben….. Pierrot habite Lavernose et Marinette, Lacasse : quand on sait que le moindre match amical de « fotballe » (comme on disait) entre les deux villages tourne à la rixe… on comprend leur difficulté à afficher leur amour. D’ailleurs Roméo et Juliette l’avaient déjà suggéré à Charles Gounod.

Lavernose et Lacasse cherchent, de plus, à se rapprocher. Que de soucis ! Certains Conseillers Municipaux doivent démissionner pour laisser la place au futur Conseil Unifié du Village !

Pour peu que certains jeunes mettent la pagaille avec leurs tustets et que certaines vieilles soufflent sur les braises. La fusion est en danger… Pierrot et Marinette aussi.

Nos jeunes arriveront-ils à surmonter tous ces problèmes ? Pourront-ils afficher leur amour au grand jour ? La fusion se fera-t-elle ?

 

Remerciements

Nous tenons à remercier de tout cœur toutes les personnes qui ont bien voulu répondre à nos questions. Elles ne sauront jamais combien leurs histoires sur les mœurs des deux villages, sur les fameux tustets, ont pu nous régaler. Nous n’en avons retranscrit qu’une infime partie, la pièce en aurait été trop longue.

Nombre de remerciements doivent aussi aller à l’ensemble des gens qui nous ont prêté les costumes (qui ne sont pas de Roger Hart) et les décors (qui sont encore moins de Donald Caldwell).

Un grand merci aussi aux associations qui ont cherché à créer un grand événement (cette pièce est une exclusivité mondiale !). L’ensemble des associations a participé à la construction de cela, qu’elles en soient toutes remerciées.

Merci aussi à toutes les bonnes volontés qui se sont spontanément déclarées afin de nous aider.

Et enfin, merci à vous tous d’être présent … en espérant que vous aurez apprécié ce spectacle.


Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé ne serait que fortuite et involontaire de notre part. Nous n’avons voulu ni polémiquer ni envenimer les choses, simplement nous amuser et… vous faire rire ! Nous espérons y être parvenus.

 

La lavernoise :
Ô mon pays ! Ô mon pays ! Lavernose Ô Lacasse
J’aime tes fleurs, j’aime tes fleurs, ton ciel, ton soleil d’or.
Et tes enfants, et tes enfants de si vaillante race.
Dont les chansons, dont les chansons font tressaillir le cœur
Dont les chansons font tressaillir le cœur.
Ô mon pays ! Ô mon pays ! Lavernose Ô Lacasse
J’aime tes fleurs j’aime tes fleurs, ton ciel, ton soleil d’or.

 

Comme un p’tit frère Lavernose aime Lacasse
Le même ciel recouvre deux jumeaux
La même église unit la même race
Même au tombeau nous voisinons
Ma p’tite rivière ô ma Louge
Tu charmes tes bords
Tu charmes tes bords de ta douce chanson.

 

Ô mon pays ! Ô mon pays ! Lavernose Ô Lacasse
J’aime tes fleurs, j’aime tes fleurs, ton ciel, ton soleil d’or.
Et tes enfants, et tes enfants de si vaillante race.
Dont les chansons, dont les chansons font tressaillir le cœur
Dont les chansons font tressaillir le cœur.
Ô mon pays ! Ô mon pays ! Lavernose Ô Lacasse
J’aime tes fleurs, j’aime tes fleurs, ton ciel, ton soleil d’or.

 

Germain Pieux 1904 (en occitan)

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir